Luc Barthel

3 stratégies pour accélérer votre retour à l’emploi  Cette semaine, j’ai assisté à l’Assemblée Générale de l’association « Les Jeuniors d’Alsace », association dont l’objet est de favoriser l’employabilité des jeunes seniors en Alsace.  Lors de la soirée, le Président de l’association Daniel Retler annonce un spectacle musical : le duo ABSINTHES. Deux jeunes femmes, Motoko Harunari (piano) et Clarissa Wordsdale (soprano) vont nous interpréter des musiques du début du 20ème siècle.  Les deux jeunes femmes entrent sur scène, majestueuses, robes pailletées de circonstance. Elles sont là, pleinement là. Concentrées. Droites. Le public ne s’y trompe pas : il fait silence. Une révérence parfaitement synchronisée, et chacune prend sa place.   Différentes musiques lyriques dénotent l’étendue du talent des deux artistes.  La maîtrise de l’instrument, le piano pour l’une, la voix pour l’autre, est parfaite à mes oreilles. S’en suivent des musiques plus légères, entraînantes. Le spectacle va crescendo. Le temps s’envole.  Au dehors, les rafales de vent violentes font claquer les volets en bois. A l’intérieur de la salle Renaissance de la mairie d’Obernai, tout est harmonie.    Les doigts agiles de Motoko s’emballent avec légèreté et puissance. Clarissa est à l’unisson ; elle dévoile l’étendue de sa tessiture, tout en jouant avec le public. Elles prennent un plaisir, un plaisir fou … et moi aussi.  Je réalise que ce spectacle a un sens qui va bien au-delà de la musique partagée.  1. Avant de monter sur scène … ces artistes ont assurément travaillé sans compter. C’est à ce prix qu’elles ont transformé leurs capacités en talent. C’est à ce prix qu’elles peuvent se présenter devant nous ce soir avec confiance et fierté. Quel est votre talent ? L’avez-vous clairement identifié ? Le travaillez-vous jour après jour ? Car c’est à ce prix que vous allez faire la différence lorsque vous allez vous présenter devant votre public, par exemple un recruteur.  2. Une fois sur scène, et avant de lancer la première note … ces artistes m’ont touché par leurs postures physiques, dans toute sa verticalité, et par leurs postures psychologiques dans toute sa sérénité intérieure. Elles étaient prêtes pour LA performance. Dans quelles postures êtes-vous avant d’exprimer votre premier mot lors d’un entretien d’embauche ? lors d’un contact réseau qui fera peut-être LA différence ? lors d’une prise de rendez-vous téléphonique ? Etes-vous dans cette intériorité pleine et entière pour libérer VOTRE performance ?  3. Le spectacle lancé, qu’est-ce qui compte ? Plaire à la totalité du public présent ? Vains espoirs. Les deux artistes ont fait leur choix : tout donner, partager leur passion, et prendre du plaisir. Car c’est en prenant du plaisir que nous pouvons espérer donner du plaisir. Car c’est en partageant avec joie nos passions que nous pouvons susciter chez l’Autre l’admiration, la curiosité, l’intérêt. Alors, n’hésitez pas à parler de vous sans emphase, mais avec passion. Soyez fiers de vos réussites passées. Osez exprimer toute la motivation qui vous anime pour assumer la nouvelle fonction à laquelle vous postulez. Et de surcroit … et là commence peut-être le travail … gardez le sourire, prenez du plaisir, même si l’enjeu est important.  Merci à Motoko et à Clarissa qui ont, sans le vouloir, montrer la direction aux personnes du public actuellement en recherche d’emploi. Par leurs talents, par leur savoir-être, elles ont été modélisantes. Et sans en avoir conscience (car je leur ai posé la question après le spectacle…), elles ont fourni des clés au travers des 3 dernières interprétations, à savoir : - Cole Porter, Let’s do it - Cole Porter, You’re the top ! - Kurt Weill, I’m a stranger here myself … car même si être membre de l’association “Les Jeuniors d’Alsace” est valorisant et permet de rencontrer des personnes extra-ordinaires, la vraie place d’une personne en âge de travailler est bien dans les entreprises ou autres institutions.  Luc Barthel